Haut

Introduction


1IVG médicamenteuse

L'IVG médicamenteuse consiste en la prise successive de 2 types de médicaments avec un intervalle de 36 à 48 heures. Le premier type de médicament met un terme à la grossesse et le second type de médicament provoque l'expulsion de l'œuf.

Vous avez le choix de la réaliser en cabinet médical, dans certains centres de planification ou en établissement de santé.

Pour trouver le centre de planification ou l'établissement de santé le plus proche de chez vous, cliquez ici

L'Interruption Volontaire de Grossesse est provoquée par des traitements médicamenteux. La prise de ces médicaments est encadrée par 5 visites médicales :

Les 5 visites lors de l'IVG médicamenteuse

Première consultation

C'est la consultation au cours de laquelle vous exprimez votre souhait d'interrompre votre grossesse.

Le médecin va confirmer la grossesse, la dater, et vérifier l'absence de contre-indications. Il vous informera sur les méthodes d'IVG, prévoira les consultations suivantes et vous proposera une consultation psycho-sociale, obligatoire si vous êtes mineure. Il vous remettra également un guide sur l'IVG que vous pouvez également télécharger ici.

Deuxième consultation

Vous avez bénéficié d'un délai légal de réflexion de 7 jours entre les deux premières consultations qui vous a permis de mûrir votre choix.

C'est lors de cette entrevue que vous confirmerez ou non votre souhait d'interrompre votre grossesse auprès du médecin. Dans le cas où la volonté d'interrompre la grossesse est confirmée, vous choisirez avec votre médecin la méthode d'IVG de votre choix

Troisième consultation

Vous avez choisi la méthode médicamenteuse, votre médecin vous donnera le premier médicament que vous devez prendre en sa présence.
Il arrive que cette consultation soit combinée à la consultation précédente.

Si vous vomissez dans les 2 heures après la prise du médicament, il est impératif de contacter votre médecin afin de renouveler la prise s'il la juge nécessaire. Des saignements similaires aux règles, accompagnés d'une grande fatigue et de douleurs peuvent survenir.

Après la prise du premier médicament vous pouvez généralement reprendre vos activités habituelles.

Les saignements ne signifient en aucun cas la fin de la grossesse.

C'est pourquoi il est essentiel de prendre le deuxième médicament 36 à 48h après, tel que le protocole le prévoit.
Dans 3% des cas, l'expulsion de l'œuf arrive avant la prise du second médicament

Quatrième consultation

36 à 48 heures après la première prise, vous devrez prendre le second médicament.

Si vous le souhaitez, il est désormais possible de le prendre à domicile que vous ayez choisi l'IVG médicamenteuse en établissements de santé, en cabinet médical de ville ou centre de planification. Cette option vous offre la possibilité de réaliser l'IVG dans un environnement familier où vos proches peuvent vous accompagner dans cette épreuve.

Suite à la prise de la prostaglandine, vous êtes autorisée à boire et manger. Si vous avez choisi de réaliser l'IVG à domicile, il est préférable de ne pas rester seule et de vous reposer.

Les contractions utérines entrainent des douleurs similaires à celles des règles, voire plus fortes. N'hésitez pas à prendre les anti-douleurs prescrits par votre médecin. Des nausées, vomissements et diarrhées peuvent également survenir.

L'avortement est accompagné de saignements, souvent plus abondants que lors des règles, et avec expulsion de caillots. L'œuf est parfois visible sous forme d'une petite boule blanche gélatineuse.

L'intensité des saignements et des douleurs accompagnant l'expulsion est souvent en fonction du terme de la grossesse.

Les saignements peuvent survenir très rapidement après la prise des prostaglandines, mais également un peu plus tard :

  • Dans 60% des cas, l'expulsion de l'œuf survient dans les 4 heures suivant la prise de prostaglandines
  • Dans 40% des cas, l'expulsion de l'œuf survient 24 à 72 heures après la prise de prostaglandines.

Les saignements durent en moyenne de 10 à 15 jours.

Cinquième visite

Entre le 14 et le 21ème jour après la prise du premier médicament, votre médecin va vérifier que la grossesse a bien été interrompue.

Pour cela, il peut pratiquer un examen médical et réaliser une échographie, ou vous demander de réaliser un dosage sanguin de ?-HCG en laboratoire.
En cas d'échec, il pourra vous proposer la méthode chirurgicale.

Lors de cette visite, le médecin vérifiera la prise de votre moyen de contraception. Il est primordial que celui-ci vous soit adapté (mode de prise, dosage, tolérance…) afin d'éviter toute nouvelle grossesse non désirée.

Un entretien psycho-social vous sera proposé si vous ressentez le besoin d'en discuter ou d'être soutenue psychologiquement.

En savoir plus sur le suivi après l'IVG

L'IVG médicamenteuse peut se dérouler :

  • Au cabinet de certains médecins généralistes, de certains gynécologues, et dans les centres de planification ayant passé une convention avec un établissement de santé afin de délivrer les médicaments nécessaires à l'IVG.
  • En établissement de santé: clinique ou hôpital.

L'hormone indispensable au maintien de la grossesse est la progestérone : elle prépare l'utérus à accueillir la grossesse.

Le premier type de médicament administré lors de l'IVG médicamenteuse bloque l'action naturelle de la progestérone : la grossesse s'interrompt.
36 à 48 heures après la prise de ce premier médicament, il faut prendre un second type de médicament. Il s'agit d'une prostaglandine qui provoque des contractions de l'utérus, entrainant ainsi l'expulsion de l'oeuf.

Pendant les deux jours suivants la prise du premier type de médicament, il est possible que vous ayez quelques saignements. Dans de rares cas, cette prise peut provoquer l'expulsion avant même la prise du second type de médicament. Cela se traduira par des saignements relativement abondants.

  • Dans 60 % des cas, l'avortement se produit dans les 4 heures suivant la prise du 2ème type de médicament.
  • Dans 40 % des cas, l'avortement se produit dans les 24 heures suivant la prise du 2ème type de médicament.

Les saignements qui font suite à une IVG médicamenteuse durent en moyenne une dizaine de jours. Toutefois, ils ne sont pas signes de la réussite de l'IVG. C'est pourquoi une visite de contrôle chez votre médecin est obligatoire et indispensable afin de s'assurer de l'arrêt définitif de la grossesse.

Les complications de l'IVG médicamenteuse sont rares. Mais comme tout acte médical, il faut rester vigilant quant aux possibles complications.
En cas de fièvre, malaises, douleurs persistantes malgré la prise d'antalgiques, saignements abondants et persistants , vous devez rapidement contacter votre médecin traitant ou l'établissement dans lequel l'IVG a été réalisée.

Les saignements faisant suite à une IVG médicamenteuse sont des conséquences normales de l'avortement. Ils durent en général une dizaine de jours, avec un flux qui diminue au fur et à mesure. Ils ne sont toutefois pas forcément le signe du succès de l'IVG. C'est pourquoi, la visite de contrôle est indispensable afin de s'en assurer.

Il est important de savoir que l'IVG médicamenteuse n'a aucun impact sur votre fertilité et n'empêchera en aucun cas de futures grossesses dans les meilleures conditions.

En établissement de santé

A partir du 31 mars 2013, les frais de soins, de surveillance et d'hospitalisation liés à une interruption volontaire de grossesse (IVG) par voie instrumentale ou médicamenteuse sont pris en charge à 100% par l'assurance maladie. 

C’est ce que prévoit le décret n° 2013-248 du 25 mars 2013 relatif à la participation des assurés prévue à l’article L. 322-3 du code de la sécurité sociale.

Le forfait IVG comprend les analyses de sang réalisées avant l'IVG, trois consultations médicales (les consultations préalables ne sont pas comprises dans le forfait), les médicaments, l'accompagnement et la surveillance.

En général, les établissements de santé acceptent de faire l'avance des frais sur présentation de votre carte vitale. Dans le cas contraire, vous devrez régler la somme totale directement auprès de l'établissement de soins, et vous faire rembourser en envoyant la feuille de soins à votre assurance maladie.

  • A l'hôpital, le forfait d'une IVG médicamenteuse est fixé à 257,91€.
  • En établissement de santé privé, le forfait débute à 260€ et peut varier en fonction des dépassements d'honoraires pratiqués.

 

En cabinet médical

Le forfait IVG en cabinet médical est fixé à 191,74€. L'assurance maladie prend en charge 100% de ce forfait. 
Ce forfait comprend 4 consultations médicales et les médicaments administrés. Les analyses de laboratoire et les échographies ne sont pas comprises dans le forfait. 


2IVG chirurgicale

L'IVG chirurgicale est comme son nom l'indique un acte chirurgical qui consiste en l'aspiration de l'oeuf afin de mettre un terme à la grossesse.

Elle ne peut être pratiquée que par un médecin en établissement de santé car elle nécessite une salle d'intervention.

La procédure est encadrée par 5 consultations.

Les 5 visites lors de l'IVG chirurgicale

Première consultation

C'est la consultation au cours de laquelle vous exprimez votre souhait d'interrompre votre grossesse.

Le médecin va confirmer la grossesse, la dater, et vérifier l'absence de contre-indications.

Il va vous informer sur les méthodes d'IVG, et vous proposer une consultation psycho-sociale, obligatoire si vous êtes mineure.
Il vous remettra également un guide sur l'IVG que vous pouvez également télécharger ici.

Deuxième consultation

Vous avez bénéficié d'un délai légal de réflexion de 7 jours entre les deux premières consultations qui vous a permis de mûrir votre choix.

C'est lors de cette entrevue que vous confirmerez ou non votre souhait d'interrompre votre grossesse auprès du médecin.

Dans le cas où la volonté d'interrompre la grossesse est confirmée, vous choisirez avec votre médecin la méthode d'IVG de votre choix.

Dans le cas où vous avez choisi la méthode par aspiration, le médecin pourra vous donner un médicament qui sera à prendre avant l'intervention pour préparer le col.

Troisième consultation

Vous avez choisi la méthode chirurgicale, vous serez reçue par l'anesthésiste.

Il vérifiera vos antécédents et s'assurera que vous ne présentez aucune contre-indication à la pratique de l'anesthésie.

Quatrième consultation

L'intervention dure une vingtaine de minutes.

Vous serez ensuite transférée en surveillance post opératoire qui varie en fonction de la méthode d'anesthésie choisie.

S'il n'y a pas de complications, vous rentrerez chez vous le soir même.

Cinquième visite

Entre le 14 et le 21ème jour après l'intervention, votre médecin va vérifier que la grossesse a bien été interrompue et qu'il n'y a pas de complications.

Lors de cette visite, le médecin vérifiera la prise de votre moyen de contraception.
Il est primordial que celui-ci vous soit adapté (mode de prise, dosage, tolérance…) afin d'éviter toute nouvelle grossesse non désirée.

Un entretien psycho-social vous sera proposé si vous ressentez le besoin d'en discuter ou d'être soutenue psychologiquement. Cet entretien est obligatoire pour les personnes mineures.

Cette procédure s'effectue au bloc opératoire, sous anesthésie locale ou générale selon votre choix.

L'IVG est suivie d'une hospitalisation dont la durée varie en fonction du type d'anesthésie choisie, mais en général inférieure à 8 heures, qui peut être néanmoins prolongée en cas de besoin.

Le médecin va aspirer le contenu de l'utérus grâce à une canule. Afin de faciliter cet acte, un traitement médicamenteux pourra vous être administré avant l'intervention afin de dilater le col de l'utérus et ainsi faciliter le passage des sondes de dilatation et de la canule d'aspiration.

Les complications suite à une IVG chirurgicale sont rares. Toutefois, il s'agit d'un acte chirurgical invasif nécessitant une anesthésie il faut donc rester vigilant et contacter rapidement votre médecin si l'un des symptômes suivants survient :

  • Fièvre inexpliquée
  • Pertes importantes de sang
  • Douleurs abdominales
  • Malaises

Durant les jours qui suivent une IVG chirurgicale, des saignements ainsi que des douleurs post opératoires peuvent survenir. Ces signes sont dus à l'intervention chirurgicale et ne nécessitent pas obligatoirement une consultation chez votre médecin.

Toutefois, la visite de contrôle est indispensable afin de s'assurer de l'absence de complications.

Le prix de l'IVG chirurgicale dépend du type d'établissement, du type d'anesthésie choisie et de la durée de la surveillance après l'intervention. Depuis le 31 mars 2013, la prise en charge par la sécurité sociale est de 100% et les forfaits pour les établissements publics et privés à but non lucratif sont :

  • IVG sous anesthésie locale avec un séjour inférieur à 12h : 437,03€.
  • IVG sous anesthésie générale avec un séjour inférieur à 12h : 586,01€.

3Synthèse des méthodes

L'Interruption Volontaire de Grossesse n'est en aucun cas une méthode contraceptive. Elle est un droit pour les femmes qui souhaitent interrompre une grossesse non désirée.

Deux techniques d'IVG sont aujourd'hui disponibles : la méthode médicamenteuse et la méthode chirurgicale.

Tableau Synthèse des méthodes